Méditation

Je pratique et j’enseigne la méditation depuis plus de trente ans, et je l’utilise quand c’est possible dans le cadre de mon travail, comme une méthode très utile et efficace pour apaiser l’esprit, et approfondir certains sujets.

J’ai eu l’occasion de participer à une étude sur l’influence de la méditation sur notre matériel génétique (et les ondes cérébrales, mais il y a de nombreuses étude sur le sujet déjà). Plusieurs séances avec prélèvements d’échantillons de sang effectués avant, pendant et après la méditation ont pris place dans un hôpital.
Les résultats sont très intéressants et on été publiés dans la revue internationale « Consciousness and Cognition »(1). Ils confirment sans aucun doute possible l’influence de la méditation, non seulement sur les ondes cérébrales mais sur notre matériel génétique, et par conséquent sur notre santé!
Quelques minutes de méditation peuvent avoir un impact habituellement insoupçonné, mais très réel, quand c’est bien fait.

—————
(1) Extrait de la revue internationale: « Consciousness and Cognition ».

« Les états de conscience plus élevés dans lesquels l’esprit humain peut transcender les frontières de la logique et de la raison sont considérés comme naturels à l’expérience et à la croissance potentielle de tout être humain. Jusqu’à présent, ils ont été principalement surveillés par des méthodes électrophysiologiques.
Dans cette étude, nous nous sommes particulièrement
intéressés par la découverte de la base de la transcription moléculaire des états de conscience supérieurs. En plus des rapports phénoménologiques des méditants ayant participé à cette étude, les états de conscience supérieurs générés étaient également enregistrés en EEG. Nous avons également analysé l’expression du gène complet dans le génome des méditants à long terme sur quatre essais distincts qui ont permis de détecter une expression génique différentielle significative en association avec des états de conscience plus élevés. Le nombre de gènes exprimés différemment ainsi que la proportion élevée de gènes différaient entre les méditants. Malgré cela, l’analyse d’enrichissement ontologique a révélé la présence de processus biologiques et moléculaires significatifs partagés entre les état de conscience supérieurs des méditants. »